• Accueil
  • > Recherche : lumiere vert emeraude noun

Résultats de votre recherche

Sylviane PICHS à la rencontre de NOUN

Posté par francesca7 le 7 octobre 2016

 

 

Tout au long du déroulement de ce travail, environ quatre à cinq jours avant le coup de pinceau final de ce premier table, une autre lettre fit corps en moi, je ne saurais dire pourquoi celle-là plus précisément qu’une autre, il s’agissait de NOUN

 

NOUN – LA GARDIENNE DU GRAND ŒUVRE  

 

 

 

 NOUN

 

 Je courus vite acheter une autre toile et pris la précaution de lire le récit de sa mission auprès des humains. Je ne fus pas surprise de redécouvrir qu’elle permettait à l’âme la plus meurtrie de redécouvrir sa face lumineuse. Pour ce qui me concernait, à cette période de ma vie, rien de mieux ne pouvait m’être offert. L’image précise de la composition du tableau prit forme immédiatement. Une profonde grotte aux couleurs d’émeraude sombre révèle à gauche en haut une face à moitié démon et à moitié ange blanc. Sur le front de ces deux moitiés d’énergie repose une merveilleuse émeraude carrée dont le tour est ciselé d’or. Au fond, assise sur trois marches d’or, également, une silhouette de femme prostrée, voilée de noir, reçoit les rayons d’un grand cercle de lumière, placé juste derrière elle dont elle n’a pas conscience car elle est dans le désespoir. A son côté gauche, un dauphin aux yeux de rubis la console en la touchant de son nez. L’ère du Poisson représenté par ce charmant compagnon ne l’apaise pas. Devant ce spectacle, NOUN  immense et blanche préside et offre l’apaisement et la compréhension de ce personnage.

 

En effet, elle signifie pour l’homme le combat qui se mène dans son âme, d’abord pour qu’il puisse reconnaître en toute simplicité et humilité qu’il possède en lui un côté sombre et un côté clair. Le coté noir crie et supplie pour qu’on lui redonne la lumière oubliée, là est le rôle de NOUN,    qui offre la grâce de transcender l’ombre en lumière et de trouver l’apaisement. C’est ainsi que le démon et l’ange sont couronnés d’une façon égale.

 

-         Couleur : vert émeraude soutenu. 

 

Il me fallut une semaine pour faire ce travail.

Publié dans 6 - LE FIL D'OR N° 4 | Pas de Commentaires »

Sylviane PICHS à la poursuite des Lettres Hébraïques

Posté par francesca7 le 6 octobre 2016

 

  

AYIN-L’ŒIL DE DIEU OU LA SOURCE 

 

1AYINPour ce qui concerne AYIN, œil de DIEU 

: que la lumière soit faite. C’est la lumière du PERE. Celle qu’il offrit à ADAM, DAVID, MOÏSE, etc… Cette lumière est volontairement retirée au monde qui est dans les ténèbres ou nuit. Il convient pour la retrouver de le désirer fort et d’accepter de partir à la recherche de la vérité. (Recherche du Graal). Une multitude de vies successives est nécessaire à cette quête de la lumière de DIEU ou Source. La représentation de AYIN  se traduit par un œil central fixant le monde. Il est peint dans un bleu profond ou bleu nuit 

Ainsi que pour la représentation de YOD,  la simplicité et la sobriété s’imposaient pour vous présenter ce gigantesque regard. Tout y est compris. L’amour, la compassion, la protection, l’attention, la rigueur, l’indulgence, la vérité, le verbe, la lumière, le règne du DIVIN et l’amour du PERE. Pour que cet œil dégage et projette une force lumineuse. Il convenait qu’IL soit représenté dans une nuit très profonde presque noire pour qu’IL soit visible de tous et accessible à chacun. Cette puissance inégalable est là bien présente, toujours prête à répondre à celui qui l’appelle. C’est du moins ce que j’ai voulu représenter.

 

-         Couleur : bleu profond. 

 

REISH – LA RICHESSE DU CŒUR  

 

1REISHREISH 

  me fut imposée rapidement dans cette distribution. On me disait qu’il ne s’agissait pas de représenter ces Lettres dans l’ordre, mais plutôt d’accepter le moment opportun le plus en rapport avec mes besoins d’évolution personnelle du moment. Cette fois, il s’agissait de l’abandon de l’Ego qui est un travail des plus longs et des plus fastidieux à mettre en pratique, car je crois bien que malgré toute la bonne volonté, nous n’arrivons jamais à l’abandon total de ce grand handicap ! REISH 

 se place comme NOUN, dans le vert émeraude. Pour démontrer que l’abandon de l’Ego nous rend la plus grand humilité et la simplicité la plus pure et la plus parfaite, j’ai souhaité que la toile soit très dépouillée. Il s’agit là, d’un cœur centre au centre duquel une femme est penchée en avant, de profil, agenouillée sur une seule jambe, l’autre genou recevant une main à l’abandon. 

Pourquoi de profil ? De face, l’audace aurait été trop brutale. Il lui fallait avant de faire face à DIEU, abandonner son orgueil, se présenter à lui, à pas mesurés et LUI demander tout d’abord de l’aider à devenir humble. Son premier  travail étant de laisser derrière elle le double personnage que nous nous créons tous pour faire face à la vie terrestre. 

Abandon de l’orgueil. Peu de mots pour l’énoncer, mais vaste programme, un des plus ingrat à réaliser puisqu’il s’agit de laisser derrière soi, définitivement, le double personnage que chacun de nous se crée pur faire face à la vie terrestre. A bas les masques ! Seule la résonance lumineuse avec laquelle notre âme a été façonnée, doit être offerte à la vie.

 

-         Couleur : vert émeraude.

 

 

MEM – LA GRANDE MERE   

1MEMJe sentais la couleur de MEM  m’appeler. Il est vrai que j’eus un immense plaisir à faire un mélange de deux bleus pour arriver à ce ton intense. Du reste depuis que je peins, le bleu quels que soient ses nuances, me semble être une couleur permettant de trouver toujours des tons nouveaux. Sa palette est pour mon goût riche et offre d’infinies possibilités. Ainsi pour ce sujet, je voyais un grand visage penché sur nous, d’un bleu fort, aux races multiples : grands yeux clos, en méditation constante, pommettes hautes, narines écartées, bouche charnue, laissant penser que Notre MERE appartient à toutes les races existantes. 

Son visage surgit de la mer, de cette immensité d’eau, source de vie. Dieu l’ayant créée détentrice de l’esprit le plus pur, elle est le corps même de la création. Elle est protégée par une colombe blanche et sa fleur, est le lys. Son âme symbolise le berceau de tous les enfants de la terre. 

 

-         Couleur : bleu.

 

Publié dans 6 - LE FIL D'OR N° 4 | Pas de Commentaires »

NOUN – LA GARDIENNE DU GRAND ŒUVRE (lettre hébraïque)

Posté par francesca7 le 11 septembre 2016

 

Je courus vite acheter une autre toile et pris la précaution de lire le récit de sa mission auprès des humains. Je ne fus pas surprise de redécouvrir qu’elle permettait à l’âme la plus meurtrie de redécouvrir sa face lumineuse. Pour ce qui me concernait à cette période de ma vie, rien de mieux ne pouvait m’être offert. L’image précise de la composition du tableau prit forme immédiatement. Une profonde grotte aux couleurs d’émeraude sombre révèle à gauche, en haut, une face à moitié démon et à moitié ange blanc. 

Sur le front de ces deux moitiés d’énergie repose une merveilleuse émeraude carrée dont le tour est ciselé d’or. Au fond, assise sur trois marches d’or également, une silhouette de femme prostrée, voilée de noir, reçoit les rayons d’un grand cercle de lumière, placé juste derrière elle dont elle n’a pas conscience car elle est dans le désespoir. A son côté gauche un dauphin aux yeux de rubis la console en la touchant de son nez. NOUN immense et blanche préside et offre l’apaisement et la compréhension à ce personnage. 

En effet, elle signifie que l’homme, le combat qui se mène dans son âme, d’abord pour qu’il puisse reconnaître en toute simplicité et humilité qu’il possède en lui un côté sombre et un côté clair. Le côté noir crie et supplie pour qu’on lui redonne la lumière oubliée, là est le rôle de NOUN, qui offre la grâce de transcender l’ombre en lumière et de trouver l’apaisement. C’est ainsi que le démon et l’ange sont couronnés d’une façon égale. 

-         Couleur : vert émeraude soutenu.

Il me fallut une semaine pour faire ce travail.

 

 NOUN

 

 

Noun

La Gardienne du Grand Œuvre

 

L’Energie de NOUN a créé le signe du Scorpion. 

Lorsqu’elle apparaît sur le chemin, elle risque de bousculer très fort notre conscience car elle demande de faire surgir nos noirceurs intérieures. 

Les défauts que nous possédons et que nous nions ou camouflons, ont besoin d’être reconnus, domptés, transcendés. 

De même que REISH combat l’orgueil, l’effort ici est plus fouillé, plus complet car il s’agit de faire le recensement de tout ce qui est sombre en nous. 

Ce côté de nous-mêmes aspire à la lumière, ces peurs que nous ne voulons pas confronter s’amplifient et risquent de nous barrer le chemin. Il est indispensable de les mettre à jour et de les corriger. Notre bien-être et notre clarté en dépendent. 

Ne nous fions pas aux apparences, chacun de nous est composé de noir et de blanc, du démon et de l’ange, mais souvenons-nous de QOF, qui nous enseigne que dans le noir il y a aussi de la lumière. Il nous est donc possible, si nous ne le craignons pas, d’apprivoiser le noir pour qu’il devienne sérénité.

 

NOUN nous accompagne dans cette nouvelle épreuve à franchir. Faisons-lui confiance, nous nous rendront compte que l’amour est plus fort que la peur. 

-         COULEUR  :   VERT EMERAUDE SOUTENU

-        SIGNE ASTROLOGIQUE  :    SCORPION

 

 

Publié dans LETTRES HEBRAIQUES | Pas de Commentaires »

REISH – LA RICHESSE DU CŒUR (lettre hébraïque)

Posté par francesca7 le 9 septembre 2016

 

 

 

REISH me fut imposée rapidement dans cette distribution. On me disait qu’il ne s’agissait pas de représenter ces lettres dans l’ordre, mais plutôt d’accepter le moment opportun le plus en rapport avec mes besoins d’évolution personnelle du moment. Cette fois, il s’agissait de l’abandon de l’Ego qui est un travail des plus longs et des plus fastidieux à mettre en pratique, car je crois bien que malgré toute la bonne volonté, nous n’arrivons jamais à l’abandon total de ce grand handicap. 

REISH se place comme NOUN, dans le vert émeraude. Pour démontrer que l’abandon de l’Ego nous rend la plus grande humilité et la simplicité la plus pure et la plus parfaite, j’ai souhaité que la toile soit très dépouillée. Il s’agit là d’un cœur central au centre duquel une femme est penchée en avant de profil, agenouillée sur une seule jambe, l’autre genou recevant une main à l’abandon. 

Pourquoi de profil ? De face, l’audace aurait été trop brutale. Il lui fallait avant de faire face à DIEU, abandonner son orgueil, se présenter à LUI, à pas mesurés et LUI demander tout d’abord de l’aider à devenir humble. Son premier travail étant de laisser derrière elle le double personnage que nous nous créons tous pour faire face à la vie terrestre. 

Abandon de l’orgueil. Peu de mots pour l’énoncer, mais vaste programme, un de plus ingrat à réaliser puisqu’il s’agit de laisser ferrière soi, définitivement, le double personnage que chacun de nous se crée pour faire face à la vie terrestre. A bas les masques ! Seule, la résonance lumineuse avec laquelle notre âme a été façonnée, doit être offerte à la vie. 

-         Couleur : vert émeraude

 

 

 

 REISH

 

Reish

La richesse du cœur

 

Abandon de l’orgueil. Vaste programme, un des plus ingrats à réaliser puisqu’il s’agit de laisser derrière soi, définitivement, le double personnage que chacun de nous se crée pour faire face à la vie terrestre. A bas les masques ! Seule la résonance lumineuse avec laquelle notre âme a été façonnée, doit être offerte à la vie. 

A notre création, par la semence divine, une partie de notre créateur nommée : facette, a composé entièrement notre âme afin que nous la fassions fleurir et évoluer parmi les humains. Cela est une des raisons de notre incarnation. L’essence même du PERE-MERE nous nourrissant est destinée à guider notre route jusqu’au grand retour. 

REISH s’avance vers nous pour nous inciter à nous incliner devant DIEU, en déposant à Ses pieds cet orgueil destructeur qui est notre pire ennemi. 

Ce mur, haut dressé, doit s’écrouler devant l’humilité la plus sincère et la plus pure. Soyons vrais ! Montrons ce que nous sommes réellement. Ne jouons plus de rôle, faisons jaillir en bouquet de lumière toute la vérité qui est camouflée en nous. Un genou à terre, laissons tomber à jamais le lourd et noir vêtement qui nous encombre et offrons notre regard d’enfant à la liberté d’amour. C’est de cette manière que la communication avec ceux qui nous entourent sera constructive et harmonieuse. Tout naturellement, l’écoute, la compassion, l’aide, s’installeront en nous, le cœur et non plus le mental sera l’interlocuteur, lui seul saura répondre aux attentes et apaiser l’être qui est en demande.

 

-         RAYONNEMENT  :   VERT EMRAUDE

-        PLANETE : MERCURE

 

 

 

….

Publié dans LETTRES HEBRAIQUES | Pas de Commentaires »

NOUN Finale (lettre hébraïque)

Posté par francesca7 le 3 septembre 2016

 

 

La bête hideuse intérieure est domptée et est devenue la plus grande amie. Elle reçoit en signe de couronnement, l’émeraude étincelante.

 

 

 noun finale

 

NOUN   Finale

 

NOUN finale a triomphé. Les peurs et les noirceurs sont domptées et transcendées. 

La bête hideuse, reconnue, aimée, portée vers la lumière est couronnée d’une émeraude. Mais la réalisation de NOUN est bien plus importante que cela. 

Son énergie apporte le changement positif. Elle permet de puiser en nous des forces nouvelles, inconnues, elle est le mouvement et compte les heures de chaque âme. Elle nous enseigne la patience, nous apprend à maîtriser la matière e tle temps. Elle nous demande d’accompagner tous nos gestes et actes au cours de notre incarnation, en activant la patience nécessaire à réaliser ces défis. Ceci est un point qu’elle souligne tout particulièrement. Elle représente la moitié féminine de TSADDE. 

Elle considère que le temps accordé avec sang-froid tranquillité et persévérance au travail, est un acte d’amour. 

-         COULEUR :  VERT EMERAUDE soutenu.

 

 

 

….

Publié dans LETTRES HEBRAIQUES | Pas de Commentaires »

 

Vertiges en Provence |
DETP 2 dessiner et pei... |
Amandacolore |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Artigo
| PARKIN'SONG
| Through my eyes