• Accueil
  • > Recherche : DIEU FORCE CENTRIFUGE

Résultats de votre recherche

DES LECTURES LUMINEUSES pour Sylviane PICHS

Posté par francesca7 le 18 juillet 2016

 

 

 

Françoise m’a prêté un livre, toujours tombé à point nommé, qui s’appelle « Les neuf visages du CHRIST« . 

Comme pour chacun des ouvrages qui sont mis sur mon chemin, je suis immédiatement transportée par cette lecture, d’autant que dès les premières lignes c’est-à-dire dans l’avant propos, je me retrouve dans un pays de connaissance puisque j’y retrouve une grande partie de ce qui concerne mes toiles. A cet endroit précis, on parle du « serpent de la sagesse » (tableau N°16 du 2ème cahier

 

Page 4, on parle « du fil d’or », titre de mes trois cahiers. Je n’en reviens pas moi-même !! je n’ai tout de même pas pu inventer ce titre, il a bien fallu que l’on me le souffle quelque part !

 

Page 127, on nous instruit sur « Le mystère de l’homme d’étain ». Il me vient en mémoire l’image de METTATRON que j’ai peint en 1999. 

 

Page 138, JESUS dit : « Je vis comme lorsqu’on voit d’une certaine hauteur en regardant vers le bas »…. C’est ainsi que l’on m’a demandé de voir dans mes deux derniers tableaux.

 

Page 157, Il dit : « Une musique qui n’allait jamais pouvoir s’éteindre complètement en moi, pour le reste de ma vie ». Voir ce que j’ai écrit ci-dessus, concernant JUPITER et sa musique de cristal, entendue et vécue il y a dix ans.

 

Page 165 : JESUS appelle « sa fille d’or », je la retrouve dans la reine du ciel au visage d’or, peinte en 1993…

 

1U

 

Page 175, je retrouve mon roseau, voir tableau n° 19 du 2ème fil d’or   , Je retrouve aussi le chêne et le gui dans le tableau que j’ai peint pour MARTINE, qui la définit comme ayant été une druidesse, voir tableau n° 20 du 2ème cahier

 

Page 179, on parle de l’œuf (Pour ce qui concerne ce sujet, je n’en ai encore pas parlé, mais il y a au moins deux ans ou même plus, j’ai eu une vision concernant JOELLE. Il s’agit d’un œuf magnifique lumineux de l’intérieur, d’une couleur d’opale disposé sur un socle d’argent tout ciselé. Il se trouve dans la nuit et éclaire intensément par lui-même et son aura tout ce qui l’entoure. Je n’ai jamais pu lui peindre car il  m’a été donné l’ordre d’attendre. A ce jour, je n’ai toujours pas eu l’autorisation).

 1W

Pages 198/199, il nous est indiqué : « L’homme purifié peut physiquement être absorbé dans l’Eternel ». 

C’est ce que j’ai expliqué et ressenti très fortement lorsque l’on a disposé le rectangle blanc sur la Sainte Face de Notre Seigneur JESUS CHRIST alors qu’il était dans le tombeau, son corps a été absorbé dans l’Eternel et a laissé les empreintes vivantes de Son Visage sur l’étoffe, prouvant à l’humanité qu’il était toujours vivant parmi nous. 

Page 211, je retrouve mon char au personnage de feu blanc qui annonce et donne la vie. (Tableau n°15 du 2ème Fil d’Or)  concernant la naissance de MATHILDE)

 

1V

 Dans le livre, il est dit : « Au sein de chaque homme, réside le feu sacré du SOI DIVIN. Celui qui peut façonner des formes vivantes à partir de ce feu, mérite certainement l’adoration ». 

Page 214, je retrouve DIEU CERCLE DE LUMIERE (tableau 21 du 1er Fil d’Or) Je lis ceci : « Derrière la philosophie des mages, se trouve la preuve de la bonne pensée, le prolongement absolu de l’ETRE DIVIN qui devient DIEU dans l’espace méconnaissable. Ma pensée profonde est celle-ci, il existe une gigantesque entité physique qui créée continuellement et sans limite ; c’est avec cette entité que je me relie et je la représente par un cercle de lumière ».

 

J’ai, après avoir lu ces lignes, la confirmation dans toute sa vérité du sujet que j’ai peint à la date énoncée ci-dessus, représentant un immense cercle de lumière entouré d’anges et mages, sept en tout. A cette époque-là, j’étais bien loin de savoir qu’un jour il me serait permis de constater que je n’étais pas trompée. Ce cercle d’une lumière inexplicable et incomparable, perpétuellement en mouvement, à la vitesse bien plus rapide que la force centrifuge, ayant la plus importante et la plus juste des consciences, crée à l’infini et permet qu’il n’y ait ni début ni fin.

 

 

 

Publié dans 5 - LE FIL D'OR N° 3 | Pas de Commentaires »

Le 3ème Volume de la Série KRYEON pour Sylviane PICHS

Posté par francesca7 le 8 juillet 2016

 

Livre kryeonCe matin, je lis la page 130 du 3ème volume de KRYEON (ALCHIMIE DE L’ESPRIT HUMAIN). Il parle du feu blanc dont le message m’avait été transmis lors de l’exécution du char blanc d’HEPHAISTOS. Ce dieu de l’ère nouvelle créé par DIEU et composé du fer blanc et des essences les plus subtiles. 

A ce moment du livre, c’est une personne qui vient d’assister à une conférence qui parle et dit : « KRYEON est si aimable et l’énergie que j’ai sentie était comme un feu blanc dans mes articulations. Il m’a dit qu’il me fallait tout de même trouver la bonne sorte d’exercice à faire pour accroître ma masse osseuse et que le cartilage allait commencer à se refaire, mais que c’était à moi qu’incombait la responsabilité de prendre l’initiative de chercher et d’employer le bon genre de processus pour effectuer les changements. Il lança le flux d’énergie avant même que je quitte la maison ! 

Le soir du channeling à Seattle, aussitôt qu’il commença à parler, le feu blanc d’énergie débuta dans mes articulations et c’est à peine si je réussis à maintenir ma concentration pour écouter ce qui se disait. Je recevais un incroyable flux d’énergie de guérison !! » 

Je n’en suis pas là et, en attendant, je supporte cette douleur dans les os et les cartilages, car c’est aussi de cela que je souffre. Il semblerait que les os, sous mon bassin, sont écartelés comme lorsque l’on met un enfant au monde. Ce mal, je l’ai ressenti les deux fois lors de mes deux accouchements, mais jamais autrement. C’est une douleur très particulière qui n’existe qu’à ces moments-là. Celles qui ont donné naissance pourront très bien me comprendre. Ce mal-là, on ne le ressent jamais qu’à ces moments précis de la naissance. J’attends, j’ai absolument confiance, je sais que cette souffrance cessera, il me faut certainement comprendre et assimiler bien des choses avant que je sois soulagée. 

Le 11 octobre, la lecture de la page 217 me réserve une surprise. Il est dit : 

« Les cycles de la terre et de son orbite autour du soleil correspondent au nombre 12. Tout ce qui touche la terre, fonctionne par séries de 13. L’utilisation du système métrique permet de constater qu’il y a douze pouces dans un pied et 36 dans une verge. Est-ce une erreur que votre société soit à l’origine avec un système de mesure en base de douze. Pourquoi douze, pourquoi 36, pourquoi 3 pieds ? Vraiment, où croyez-vous qu’il s’agissait d’un indice ? »  

Et la surprise, pour ma part, en lisant ces lignes c’est de constater que je suis née le 12/03 (!!) ce qui, en se multipliant, fait 36 et qu’il m’a été annoncé que j’avais 36 Maîtres ou guides. Curieux non ? 

Toujours ce même jour, je lis page 229, que KRYEON « fait appel à METTATRON pour clarifier certains points concernant les variations dans la structure temporelle qui existent dans l’univers et dont nous sommes appelés à prendre conscience dans notre propre réalité sur la planète.  

METTATRONMa surprise est encore une fois très grande. C’est bien lui, « qu’ILS » m’ont fait peindre en avril 1999 (voir tableau n° 14 du 2ème Fil d’or) , alors que j’ignorais tout à fait qui était ce personnage qui se présentait devant moi avec tant de détermination, scrutant mon regard de ses immenses yeux verts, munit d’une épée plantée en terre. 

Autant KRYEON est d’aspect rouge cuivré, autant METTATRON est métallisé, presque blanc. Son aura étant composée de flammes, cela me fait dire que tous deux ont les mêmes énergies que l’archange MICHAEL. Je me sens parfaitement liée à ces énergies, du reste mon bouclier est une aile de feu. 

Page 232 je me réfère à ce qui m’a été dit au tout début de ma recherche spirituelle et dont j’ai parlé dans le FIL d’OR N°1. Ces mots « DIEU FORCE CENTRIFUGE  »  m’avaient été lancés à la volée, télépathiquement et je vous assure qu’à cette époque de ma vie je me demandais bien ce que cela voulait dire, maintenant aussi d’ailleurs, car si je crois commencer à comprendre, je suis loin de pouvoir donner une explication précise à ce message. 

Plusieurs années après, KRYEON et METTATRON disent : « Vous n’admettez pas qu’un objet qui semble stationnaire se déplace en réalité à grande vitesse ». 

C’est ce qui me fait penser et que je crois savoir depuis toujours (cela n’engage que moi), que DIEU FORCE CENTRIFUGE crée constamment depuis toujours, puisqu’il n’y a pas de début des temps, à une vitesse si grande qu’elle n’est pas mesurable. Seule, la vitesse de l’ESPRIT, donc de l’AMOUR est identique. La vitesse de la lumière vient bien après. Je veux dire, la lumière visible à nos yeux, pas la lumière divine qui vient de l’esprit, bien sûr. Cette vitesse permet à tous les éléments constituant l’univers, planètes, étoiles, etc… d’être maintenus en suspend et d’avancer dans le sens de l’ascension, tout doucement dans une évolution de perfection telle une horloge avec ses ouvrages ordonnés. (Encore une fois, ce que je crois connaître depuis toujours avant même d’en avoir pris conscience au moment où ce grand message m’a été envoyé, n’engage que moi). 

METTATRON poursuit : « Mais quel rapport avec l’AMOUR ? Je vais maintenant vous l’expliquer. Amis très chers, honoré et béni soit le scientifique qui pratique la méditation, car il sera le premier à découvrir la vérité. Parce que la vérité que révèle la physique est DIEU. Elle constitue la manifestation des schémas, formes et couleurs de l’ESPRIT. Tous les composants de l’atome sont accompagnés de la bénédiction de l’ESPRIT ». 

Ce jour dont je vais vous parler maintenant, dont je n’ai pas noté exactement la date (12 ou 13 octobre 2000 il me semble), m’a donné un cadeau considérable sur une prise de conscience qui est peut-être bien à l’origine de bien des désagréments concernant ma santé physique. 

Page 18, du 4ème volume – 2ème paragraphe, KRYEON suggère à « WO  » ou à nous-mêmes, (WO étant un personnage parabole ) d’entrer dans une pièce dorée et d’y découvrir une créature d’une puissance et d’une beauté inouïes. 

« Là, assis sur un trône d’or se serait trouvé un magnifique ange doré, un de ces anges dont les ailes déployées auraient touché les murs ». 

« En dévisageant ce grand ange, il aurait constaté que le visage de l’ange prenait lentement forme, et là où « WO » s’attendait à voir le visage glorieux d’un être céleste, il aurait contemplé les traits de son propre visage ». 

Ma réaction fut immédiate et bouleversante ! 

Je me mis à pleurer et me retrouvai dans le visage « d’or mat » que j’avais peint en juin 1993 (voir tableau n° 14 du premier cahier ) qui m’avait paru tellement narcissique parce que vivant à l’intérieur de mes cellules, j’avais pour cette raison la pleine conscience qu’il s’agissait bien de moi, et je n’osais le peindre. Ce même visage surgissant d’énergies multicolores, pâles, agrémenté sur le sommet d’une couronne de fleurs qui laisse se dérouler le long de la joue un ruban qui retient un bouquet. 

Alors, je n’aurais donc rien compris ? Malgré toutes les grâces qui me sont accordées, je n’ai jamais vraiment pris conscience de mon moi profond, je m’ignore toujours, je n’ai pas vraiment d’estime pour moi, je me méconnais totalement. Serait-ce pour cela que mon corps souffre physiquement et qu’il appelle au secours ? Serait-ce pour cela, que ma clé était ou (est) rouillée ? (encore elle).  Quelle ignorance, quand aurai-je un petit aperçu de la vérité ? 

Cette fois, je pleure, non plus des larmes de reconnaissance mais des larmes qui me demandent pardon. Une petite énigme est toutefois éclaircie, je sais maintenant pourquoi « ILS » me disent constamment qu’il n’y a que moi qui pourrai me guérir. 

 

Partenaire avec divinPetit détail, dans  » PARTENAIRE AVEC LE DIVIN«  page 49, KRYEON informe l’assistance qu’il étend la bulle d’amour sur les êtres présents dans la salle. C’est bien ainsi que je l’ai vu apparaître, entouré de bulles transparentes, surgissant d’une croisée de chemins or et rouille, je l’ai déjà précisé ultérieurement. Ce tableau que j’avais intitulé « LACHER PRISE « , était en réalité une invitation à travailler en partenariat avec le DIVIN. Ainsi, fallait-il donc lâcher prise à l’ancien schéma, au bénéfice du nouveau. 

Vous souvenez-vous que dans mon premier FIL D’OR , au tout début de mes investigations, dans mes premières méditations (grâce à la cassette de FRANCK), avant même d’avoir peint mon premier tableau, la première vision que j’ai eue, m’accompagnant pendant presque une année, étaient des pieds chaussés de sandales, qui marchaient à ma gauche. 

Page 63, du 4ème volume, KRYEON nous apprend que parmi ceux qui assistent à la conférence (ou lisent ces lignes), nombreux sont ceux qui étaient vêtus de toile de jute et chaussés de sandales. 

Il me revient également en mémoire cette image que j’ai eue le 13 octobre 1991, que je n’ai pas peinte, où je me suis vue allongée, habillée en religieuse, dans un habit semblable à celui de Sainte Thérèse de LISIEUX, la tête couronnée de roses et les deux pieds chaussés de vernis noirs (drôle de détail), je sais que je suis sur mon lit de mort et une seule main, la main droite, est posée sur une grande croix située au milieu de ma poitrine. J’ai d’ailleurs toujours eu la conviction que je suis enterrée sous les dalles d’un cloître, dans une allée, entourant la cour intérieure du bâtiment. 

 

 

Publié dans 4 - LE FIL D'OR N° 2 | Pas de Commentaires »

DIEU pour Sylviane PICHS

Posté par francesca7 le 30 juin 2016

 

 

Jusqu’en 1996, rien ne se produisit. Mes prières quotidiennes, toujours accompagnées de musique, me réjouissaient, m’exaltaient même et me laissaient dans une grande paix. Au cours de ces longs moments d’abandon, je percevais un cercle de lumière blanche, diffus, illuminé de l’intérieur, telle une lueur opalescente. Une émotion intense m’assaillait au niveau du plexus et je plaçai instinctivement cette lumière si douce dans mon cœur. 

Petit à petit, je pris l’habitude de l’invoquer, de lui parler et de communiquer avec elle. Enfin, de ne plus jamais prier qu’en sa compagnie, et par la suite de placer en son centre, là où les personnes pour qui je demandais de l’aide. Ainsi, devint ma façon de prier. 

Mon temps étant beaucoup plus livre, mes obligations moins pesantes du point de vue intellectuel, je laissais libre cours à mes aspirations. Je passais des journées entières, même au milieu de la foule, en communion avec mon cercle de lumière, qui était devenu mon compagnon de chaque instant. Sa présence représentait à mes yeux et à mon cœur, la consolation à tous problèmes ou à toutes difficultés. 

Un jour de mai, je me trouvais comme à l’habitude, en présence de ma grande lumière en forme de cercle, et tout autour, vinrent se placer à tout de rôle et tout naturellement, des figures de la hiérarchie divine : un bébé, un enfant, un jeune homme et un vieillard. L’un d’eux soufflait dans une grande trompette. 

Je pris un pinceau que je plaçai en plein centre de la toile et tournai jusqu’à obtenir un grand rond très pâle, presque blanc et les personnages vinrent prendre leur place dans des tons de couleur pastel. 

La petite voix me dit : « DIEU FORCE CENTRIFUGE » – ne me demandez pas pourquoi ?

 

 24 - Dieu et les 7 Gardiens - mai 1996

 

 DIEU FORCE CENTRIFUGE

Vingtième et unième  tableau (Mai  1996)

….

Publié dans 3 - LE FIL D'OR N° 1 | Pas de Commentaires »

 

Vertiges en Provence |
DETP 2 dessiner et pei... |
Amandacolore |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Artigo
| PARKIN'SONG
| Through my eyes