Les premières amies de Sylviane PICHS

Posté par francesca7 le 6 juillet 2016

 

 

fontaine1Avant de commencer ce récit, que je désire humble et clair dans sa présentation, j’aimerais vous amener à connaître les deux premières amies qui m’ont aidée à aborder des plans différents que je soupçonnais, mais auxquels je me refusais à croire vraiment. 

Jackie, une amie de quarante années. 

Nous nous sommes connues dans un contexte absolument à l’opposé de ce qu’il est actuellement, nos époux respectifs étant amis déjà depuis fort longtemps. Sa vie s’est écoulée dans le milieu médical, puisqu’après avoir été infirmière, elle fut directrice de crèche, jusqu’à ce qu’elle acquière son magasin de diététique dans la galerie du Centre commercial où je travaillais. 

Nos confidences et nos impressions, étaient échangées journellement puisque mon bureau se situait derrière son magasin. 

C’est à elle que je montrai mes premiers tableaux. Elle ne fut enthousiasmée, non pas peut-être pour leur qualité picturale, mais par leur provenance. Elle garde toutefois, et toujours dans son appréciation, par amitié j’en suis sûre, un esprit juste et critique, ce dont je la remercie beaucoup. 

Notre recherche, dont la source est identique, chemine dans des voies tout à fait parallèles mais  absolument semblables dans sa spiritualité. Son esprit, est un esprit de don, excessivement généreux, et ses mains, dans leur pratique journalière, reflètent et transmettent concrètement cette générosité. 

Armelle est l’image même d’un Ange. Mon expression n’est pas exagérée. 

Ses yeux ont la limpidité d’une étendue d’eau de mer dont le soleil ferait briller le fond. Sa peau a la texture nacrée d’un pétale de fleur. Sa voix évoque le son de la coupe de cristal que l’on effleure du bout du doigt, avec des intonations toujours égales, calme, paisible, reposante.  

Son esprit est pur et je n’ai jamais pu déceler, au travers de ses propos, un sens critique ou réprobateur à l’égard de qui que ce soit ou de quoi que ce soit. Elle est la représentation même de l’être qui avance calmement, posément, donnant l’impression de survoler avec patience et réflexion les événements tels qu’ils se présentent, positifs ou négatifs. 

Elle est la compagne de FRANCK ; il l’a bien choisie ! 

Elle n’intervient donc, en ce qui me concerne, qu’après la venue de son époux, et je reste convaincue que dans le travail que FRANCK réalise pour moi, elle joue le rôle de fil d’Ariane, s’inquiétant et s’émerveillant de mes progrès et me communiquant l’énergie dont FRANCK a bien voulu la charger pour moi. 

Jusqu’à ce jour je n’ai rien voulu dire de cette impression, mais j’en suis certaine. 

Sa présence est bienveillante. Elle ne manque jamais lorsqu’elle vient à Biarritz chez ses parents de venir me voir ou, si le temps ne lui permet pas, de me téléphoner dès son arrivée pour me dire qu’elle est là et me donner des nouvelles de FRANCK et d’elle-même. 

FRANCK, sans cesse en mouvement, allant de région en région, dont le désir et le rôle sont d’offrir à chacun un meilleur-être, ou bien à celui qui le perçoit, la possibilité de le faire se découvrir sous des horizons tout à fait nouveaux. FRANCK est l’ami qui touche l’âme. 

Je tiens à préciser qu’à l’intérieur de mes propos il faut faire abstraction de tout ce qui pourrait paraître équivoque. Du reste, nos relations parfaitement claires, nos communications surnaturelles (c’est un bien grand mot), seront toujours du même ordre : infiniment pures, respectueuses  et amicales. Ces retrouvailles me conduiront immanquablement, parfois par petites étapes, parfois à pas de géant, sur le chemin de la Lumière. 

Il est donc juste, ce jour, que je rende hommage à ce précieux ami.

Le résultat de ces scènes picturales étant ma récompense, mais aussi la sienne. 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

Vertiges en Provence |
DETP 2 dessiner et pei... |
Amandacolore |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Artigo
| PARKIN'SONG
| Through my eyes