Les retrouvailles avec Sylviane PICHS

Posté par francesca7 le 4 juillet 2016

 

 

  

Le 10 Mai 1991, n’ayant toujours pas de nouvelle, je téléphone et ai le plaisir d’avoir Armelle à l’écoute, qui se confond en excuses, m’avouant que  deux cartes qui m’étaient destinées étaient restées en attente chez elle depuis début mars. J’apprends aussi qu’elle doit venir à Biarritz les jours prochains. 

Plusieurs manifestations se produisaient maintenant durant l’écoute de la cassette de FRANCK : des points lumineux s’avançaient vers moi, je ressentais de la chaleur au niveau du cou et du dos, une bougie, que j’allume toujours près de moi lorsque je travaille  s’agitait furieusement, s’arrêtant lorsque je changeais de cassette audio n’ayant aucun rapport avec ce travail, reprenait sa frénésie lorsque je remettais la cassette précédente. 

Et puis, ces derniers temps, une forme blanche apparaît. 

Courant mai, Armelle vient comme prévu à Biarritz et j’ai le plaisir de la recevoir deux fois chez moi. 

Malgré l’envie que j’ai de lui communiquer tous ces phénomènes, une pudeur me retient et je ne souffle mot. 

Après son départ, ma forme blanche se transforme, et puis un matin, ce que j’appelle mon « DOUBLE FORME BLANCHE » se précise et vit en moi. 

Durant un court instant, je me trouve dans un état d’omniscience. 

En même temps que je distingue cette forme qui se précise petit à petit, je sais Tout, rien ne m’étonne plus, il me semble que j’ai toujours existé ainsi, dans cet état, dans ce personnage et cette situation me paraît tout à fait évidente. Toutes les informations me sont transmises par une sorte de télépathie concernant cette femme que je vois et dans laquelle je vis. 

J’existe dans un bien-être inconnu, je suis bien. Rien de comparable à ce que l’on vit sur terre. 

Imaginez un visage de femme-enfant, encadré de très long cheveux d’or, se perdant en bas sur la forme, puisqu’il n’y a pas de corps. Sur le haut du visage, deux yeux immenses, presque blancs, plutôt deux écrans ovales, grands ouverts, sur un regard d’innocence, scrutant vers le bas à droite, une grosse boule lumineuse. Des images vivantes et colorées passent dans ce regard, je crois y voir des édifices. 

Le contour de ce visage, d’un rose délicat, à l’ovale parfait, très estompé, est légèrement penché sur la droite, la bouche est douce, il n’y a pas de nez. 

Je sens un poids démesuré sur la tête. En effet, une énorme couronne de fleurs semblant être des camélias, y est posée et tombe presque sur les yeux. Je me demande pourquoi cette couronne est si lourde (?) 

Cette blancheur pourrait se comparer à un nuage au travers duquel transparaît de la lumière et donne l’impression d’elfe nacré, translucide, impalpable, irréelle à notre connaissance, très difficilement traduisible par des mots. Je sais qu’il s’agit de moi puisqu’une voix télépathique me dit : « Tu as été créée ainsi au tout début ». 

Un bonheur incroyable me donne le sentiment de rayonner, une musique céleste, à peine perceptible, émise tout naturellement m’envahit. Ni temps, ni espace… Je réalise qu’il m’était déjà arrivé précédemment d’être la musique, de vivre à l’intérieur de la musique (autre sensation idyllique). 

A ce moment, je me trouve placée à la gauche d’une vision que j’ai depuis quelques temps de FRANCK, la perception très lumineuse de son visage avec, à la place des yeux, deux pierres vertes, le contour des cheveux très flamboyants, le tout dans un grand rayonnement. 

La forme blanche à ses côtés paraît être pâle et fragile. 

Mon premier sujet de tableau m’était donné, je devais le représenter sur la toile, avec interdiction de copier quelque détail que ce soit.

 sylviane pichs

 

                                          

                      « Mon double forme blanche »                                                             « Mon Guide Spirituel »

                                    1er tableau                                                                                           2ème tableau

                                    Mai 1991                                                                                               Janvier 1992

 

Une Réponse à “Les retrouvailles avec Sylviane PICHS”

  1. SO-leille dit :

    … La vie est faite de rencontre, vous en écrivez la preuve une fois de plus.

Laisser un commentaire

 

Vertiges en Provence |
DETP 2 dessiner et pei... |
Amandacolore |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Artigo
| PARKIN'SONG
| Through my eyes